Mali

Chronique d'une faillite programmée au Mali (J.-F. Bayart)

lemonde 5La France a une part de responsabilité directe dans l'effondrement de l'Etat malien. Elle a soutenu dès les années 1980 des programmes d'ajustement structurel d'inspiration néolibérale qui ont détruit l'école et la santé publiques et ont ainsi ouvert une voie royale aux institutions islamiques de substitution.

LIRE LA SUITE...

Nous, opposants à la guerre française (C. Poupin, O. Besancenot, P. Poutou)

logo liberationTribune : Monsieur Hollande, lors d’un point presse, le 15 janvier dernier, vous avez déclaré : « Qu’allons nous faire des terroristes ? Les détruire ! ». Déclaration choc, violente, et guerrière, qui rappellerait presque les intonations de Vladimir Poutine. Déclaration également quelque peu imprudente par son côté péremptoire. Car, au jeu de l’escalade verbale, les faits, eux, suivent un engrenage où, hélas, fréquemment les otages s’additionnent aux otages.

LIRE LA SUITE...

Partenariats France-Mali : nouvelle donne ! (S. Niakhaté et J.-L. Sagot-Duvauroux)

Tempête. Un homme à la mer. Il va se noyer. Une embarcation se détourne de sa route, brave l’ouragan, jette une bouée au naufragé et lui sauve la vie. L’action militaire menée au Mali par la France répondait à une urgence vitale. Des hommes risquent leur vie. Certains déjà l’ont perdue. Attachés par nos existences à la France et au Mali, nous saluons et soutenons sans détour cet engagement. Mais la situation ainsi créée est ambivalente.

Lire la suite...

Sur l’intervention de la France au Mali (Paul Martial)

afriques en lutteEn général quand le gouvernement français s’occupe des Maliens c’est pour les expulser, pourquoi tout d’un coup se métamorphoserait-il en défenseur des populations maliennes ? En tentant de répondre à cette interrogation, inévitablement on pointe les responsabilités propres de la France dans la crise malienne.

LIRE LA SUITE...

Mali : « Il faut distinguer les terroristes des indépendantistes touaregs » (Pierre BOILLEY)

humanite2010 logoPierre Boilley, directeur du Centre d'étude des mondes africains, estime nécessaire de réduire les écarts de développement entre nord et sud du Mali et une négociation doit aboutir à une autonomie du nord du pays.

LIRE LA SUITE...

Parlement européen : le groupe de la GUE/NGL condamne l’intervention militaire française au Mali

gue-nglEn réponse à une déclaration de Catherine Ashton, haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, au sujet de la récente intervention militaire française au Mali, la députée européenne Sabine Lösing (GUE/NGL) a dit : « La situation au Mali est dangereuse et nous ne souhaitons pas assister à une expansion ou à une consolidation d’une hégémonie islamiste. Le Mali est un des pays les plus pauvres au monde malgré ses ressources naturelles et nous devons nous demander pourquoi si peu arrive jusqu’au peuple. Le lien entre la misère et la guerre civile est établi. »

Lire la suite...

L’intervention française au Mali, une humiliation pour toute l’Afrique (Gilbert KOUESSI)

essfDepuis le 10 janvier 2013, et l’intervention massive de l’armée française au Mali, les peuples africains se retrouvent face à une dure réalité : ils ne sont pas indépendants. Au lieu que cette situation nous fasse réfléchir pour voir pourquoi nous sommes tombés si bas, on assiste à (des) débats qui vont dans tous les sens en oubliant complètement les causes de la situation que nous vivons.

LIRE LA SUITE...

Les enjeux des agrocarburants pour le monde paysan au Mali (GERES)

geresLa polémique fait rage sur les agrocarburants ! L'augmentation du prix des denrées agricoles et les crises alimentaires associées, la compétition dans l'usage des sols, les impacts environnementaux, un bilan climatique mitigé: autant des raisons qui justifient une certaine méfiance en ce qui concerne le développement des agrocarburants dans les Pays du Sud. Ce document livre dans une première partie les résultats de consultations locales et restitue, dans une seconde partie, les échanges entre les participants d'un atelier national organisé à Bamako en mai 2009.

LIRE LA SUITE...

Les intérêts économiques limités de la France au Mali (Le Figaro)

Le FigaroLes groupes énergétiques ne disposent pas d'activités stratégiques dans un pays encore largement inexploré. La France « n'a aucun intérêt au Mali. Elle ne défend aucun calcul économique ou politique », a insisté François Hollande mercredi lors de ses vœux à la presse. Pétrole, gaz, uranium, qu'en est-il de la présence d'entreprises françaises dans ces secteurs stratégiques ?

LIRE LA SUITE...

Le butin de l’intervention française au Mali : uranium, or, diamants et pétrole (Les moutons enragés)

flashmobEn l’état actuel, les forces engagées au Mali coûtent 400 000 euros par jour. Une dépense qui va devoir, pour raison d’enlisement, être rapidement revue à la hausse en doublant au moins les effectifs engagés. Également, il est surprenant d’entendre le ministre de Défense, Jean-Yves Le Drian, défendre cette intervention sous le prétexte que « la France est en guerre contre le terrorisme », une terminologie dont on sait que, en terme tactique, elle ne veut par définition rien dire...

LIRE LA SUITE...

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité

Vous êtes ici : Accueil Sur la situation au Mali