La Cour des comptes flingue les aides à la presse (Front de gauche Médias)

front-de-gauche 679x398La Cour des comptes [a lancé] un pavé dans la mare contre le pluralisme en préconisant de réduire drastiquement les aides à la presse. La Cour ne se cantonne plus à son rôle d'organisme de contrôle, elle s’est transformée en procureur permanent sur tous les sujets et donne désormais le « la » de la petite musique néolibérale.


 
Les « sages » de la rue de Cambon préconisent de réduire les aides à la presse de quelques 150 millions d’euros par rapport à la loi de finances 2013, estimant que le plan d'aide déployé entre 2009 et 2011 a été "peu efficace". Le but est de « ramener les dépenses de l’Etat au niveau antérieur à la mise en œuvre  du plan triennal 2009-2011 ».
On se demande bien à quelle injonction élyséenne, ou autre, elle répond en proposant des « économies ».
Sont visés par le Rapport aussi bien les aides directes qu’indirectes.
Prétexte à ce charcutage, la lutte contre les déficits publics et la sacro-sainte règle bruxelloise de la concurrence libre et non faussée.
Pour les aides directes c’est la disparition à terme des aides postales qui est visée, pour soi disant « encourager la transition du postage vers le portage ». Ces aides ne seront plus des aides à la presse mais aux entreprises....
Fin également des aides SNCF comme le suggère le Gouvernement.
La Cour prévoit dans ce chapitre la création d’ « un fonds de soutien du pluralisme pour la presse d’information politique et générale ». Si l’idée semble non dénuée d’intérêt, les contours en sont flous et surtout l’enveloppe en serait fixée par la Loi de finances, rendant ainsi ce fonds dépendant du bon vouloir des majorités politiques du moment.
Quant au  Fonds stratégique pour le développement de la presse il sera « renforcé »… point !

 

La réforme des aides indirectes viserait à « soutenir le développement et la diffusion de la presse sans distinction ». Ainsi l’ensemble de la filière serait alignée sur un taux de TVA unique à 2,1%, y compris la presse en ligne.
En revanche, le Rapport fait œuvre d’originalité en s’acharnant sur l’abattement pour frais d’emploi des journalistes dont la Cour dit en langage diplomatique qu’il faut le « réexaminer ». En décryptant : supprimer un acquis social qui permettait aux patrons de faire stagner les salaires en compensation de cet avantage fiscal rogné au fil des ans. La Cour des comptes reprend ainsi l'argumentaire de Juppé alors Premier ministre, M. Migaud, socialiste, a de bonnes références ! A cette occasion, les journalistes seront ravis d'apprendre que l'allocation pour frais d'emploi est considérée une aide à la presse et donc à l'entreprise !

 

L’AFP n’est pas oubliée dans les cibles du Rapport. Il faut : « procéder, dans la perspective du prochain contrat d’objectifs et de moyens et d’un avenant à la convention de 1958, à l’évaluation des missions d’intérêt général, y compris au plan international, qui doivent être compensées par une subvention pour charges de service public, et au réexamen du nombre et de la nature des abonnements de l’État à l’AFP sur la base d’une appréciation des besoins des services bénéficiaires ». Ce Gouvernement osera-t-il affaiblir la seule agence mondiale d’informations non anglo-saxonne ?
On le constate, comme dans bien d’autres domaines, entre ce Rapport et les promesses de François Hollande, souhaitant un dialogue entre professionnels et la garantie du pluralisme, c’est le grand écart.

 

Le Front de Gauche Médias exige une autre politique pour la presse

 

Face à cette politique de renoncement, le Front de Gauche  Médias appelle les salariés et les citoyens à exiger une refonte démocratique des aides à la presse. Par exemple en révisant le système des aides directes et indirectes qui bénéficient en premier lieu aux grands groupes capitalistes et notamment en exigeant que le Fonds stratégique de développement de la presse aide en priorité à la modernisation des titres d’informations générales à faible ressources publicitaires; l’aide aux transports, l’aide au portage et l’aide à la distribution, doivent être attribuées en priorité aux titres indépendants des grands groupes financiers ou industriels.

 

Des aides à l’information en ligne doivent-être créées pour les diffuseurs indépendants de ces groupes. La création d’une plate-forme publique internet doit-être envisagée.
 
L’Éducation nationale doit lancer un plan d’abonnement aux quotidiens nationaux et régionaux pour chacune des 180.000 classes de lycées et collèges. Ils serviront à la mise en place d’un  vaste et ambitieux programme de lecture critique de la presse pour la jeune génération.
 
Pour le Front de Gauche Médias, le Rapport de la Cour des comptes est à l’opposé des réponses aux questions fondamentales de la diffusion, du pluralisme, d’une presse outil du débat démocratique.

 


Paris le 1ER octobre 2013

 

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité

Vous êtes ici : Accueil Front de Gauche Prises de position Front de Gauche Fronts thématiques La Cour des comptes flingue les aides à la presse (Front de gauche Médias)