Contributions collectives pour les 13 & 14 juin

modification du texte préparatoire du 13 et 14- collectif citoyen de la Vallée de l'Oise

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4

 

Par rapport au texte actualisé qui doit être discuté à la réunion de la fédération des 13 et 14 juin prochain tout d'abord je ferai quelques réflexions générales.

C'est un texte difficile à lire parfois hermétique et qui donne l'impression d'être réservé à des initiés. Entre des phrases très générales et abstraites, d'autres très techniques renvoyant à des débats dont on ne connaît pas les tenants et les aboutissants il est difficile de situer à quels enjeux correspond ce texte.

Dans le texte d'orientation politique de février il était noté : « Pour les mois de 2009 il s'agit de traduire notre point de départ, les éléments qui font accord et qui nous permettent de construire des propositions inscrites dans les débats et l'activité politique et sociale. (...).L'enjeu est donc d'assumer pleinement le pluralisme dans les pratiques, les approches idéologiques et les déterminations sociales. C'est même la condition pour bâtir un arc de forces à même de traduire dans le champ politique la diversité et la richesse des résistances (...) nous nous efforcerons de bâtir de nouveaux repères culturels. »

N'aurait il pas mieux valu reprendre ce texte et avancer sur les questions posées.

Pour ma part, j'aurai aimé connaître où en sont aujourd'hui les différents courants et organisations partie prenante de la fédération dans la réflexion à ce sujet.

J'aurai aimé savoir ce qu'il en est de la parité homme/femme, de la diversité sociale, générationnelle et d'origine dans la construction de la fédération et quels sont les outils envisagés pour faire vivre une autre façon de faire de la politique.

 

I//- Le projet de fédération

 

1 : nos réponses à la crise du capitalisme

1- l'enjeu .... (reprendre la contribution de Caen qui me semble plus claire)

2-

3- Nous ne... (à expliciter) « La crise fait peser.... » plutôt que « nous ne pouvons pas ignorer » qui supposerait qu'on serait tenté de l'ignorer !

4- ...

5- Nous ... en particulier (reprendre la contribution de Caen)

 

2 : notre proposition d'une force politique nouvelle

1- l'enlever car pourquoi se définir par la négative

2- ...

3- (dans le 1er document d'étape, il était question de l'amorce d'une discussion importante afin de comprendre les racines de ces processus. On en parle plus. Où en est cette discussion ?)

4- (cela devrait être en préalable, pourquoi ici ? Par ailleurs on ne parle pas du découragement de beaucoup comme si l'on voulait chasser cette donnée peut être trop présente et qui apparaît en négatif « Ne nous laissons pas décourager »)

5- ... (pourquoi ?)

6- ... (phrase sibylline)

7- ... Est-ce bien nécessaire d'écrire ce genre de phrase très générale ?

 

3 : nos campagnes et actions

1- ...

2- ...

3- ... (C'est peut être un peu présomptueux si tôt et pourquoi en revenir encore et toujours aux élections. Pourquoi sommes nous obligés de caler nos initiatives dans un calendrier que d'autres ont décidé ?)

4- ...

5- ... (Remplacer les dont par « par » comme c'est proposé dans la contribution de Caen)

 

 

4 : Nos options pour les élections

1- (pour cela il faut une remise en cause des règles actuelles à préciser comme dans la contribution de Caen)

2- ...

3- ...

4- ...

 

II//-Propositions pour le fonctionnement de la fédération

 

 

1-...

2-.. .

3-...

4-...

5-...

6-...

7-...

8-...(Avec la question de leur intervention en tant qu'individus membre d'un courant ou organisation ou simple représentant de ceux-ci ce qui signifierait qu'avant toute décision il faudrait qu'ils s'en remettent à leur organisation ou courant ?)

9-... (A quel titre ? Rôle d'expert ?)

10-...(Qui animera cette réflexion ?)

11-...

12-... (Nécessité d'avoir des porte-paroles pour rendre visible la fédération car la politique s'incarne dans des personnes. Porte-paroles représentatifs de la diversité des courants et individus constituant la fédération et plus généralement de la société, choisis en fonction de leurs engagements dans la fédération et les différents mouvements sociaux mais aussi de leurs disponibilités et autres capacités. Election des membres du secrétariat et de l'exécutif avec un mandat à durée déterminée pourquoi pas tirés au sort ? A définir les rapports entre les élus et les porte-paroles et comment s'articulerait tout cela avec les forces politiques qui participent à la fédération.)

13-...

14-...

15-...

16-...

17-...

18-...

19-...

20-...

21-... (Et connus)

22-...

23-...

24-... (Qui définit les critères ? Cela aurait été plus facile si nous avions une visibilité plus claire des accords entre les uns et les autres)

25-... (Impossible de répondre sans connaître les arguments des uns et des autres)

26-...

27-...

28-...

29-...

30-...

31-...

32-...

33-...

34-...

35-...(Ne serait il pas intéressant d'avoir un bilan des groupes de travail qui se sont déjà mis en place et de connaître leurs réflexions)

 

 

III//-Budget proposé

 

(Concernant les cotisations il me semble que le fait d'avoir plusieurs types de cotisations peut être un problème. Je serai plutôt pour des cotisations individuelles dont une partie serait reversée aux comités locaux)

 

 

Amendements de la Gauche Alternative et Unitaire messine

RÉUNION NATIONALE DES 13 & 14 juin

Document préparatoire
Amendements de la gauche alternative et unitaire messine à télécharger ici : Amendements GAU messine

Trois contributions de la Gauche Alternative 54

Bâtir un vrai projet pour la maison commune


CONSTAT

Remarquable texte que celui d’Evelyne Perrin.

Elle dépeint fort bien la situation sociale présente, la propension de ceux qui nous dirigent, gouvernants, patrons, à vouloir affaiblir toujours plus, ou pire, annihiler les quelques velléités revendicatives de la masse laborieuse et accentuer encore la précarité des plus démunis (chômeurs, sans papiers …).

Elle dresse face à cela les quelques forces politiques, syndicales, associatives qui renâclent et tentent de contrer ce système capitaliste prédateur.
Elle en arrive ainsi à justifier pleinement la construction du réceptacle de ces mécontentements, le creuset du rassemblement d’une opposition de la gauche de gauche : LA FEDERATION. Celle qui doit devenir le « bras séculier » de l’anticapitalisme, la maison commune de toutes les résistances.  Le contexte politique actuel justifie cette construction car s’il est une leçon à retenir des élections européennes, c’est bien la défiance qu’ont démontré les électeurs vis-à-vis des partis traditionnels. Le bon score d’Europe-écologie provient très probablement de la diversité d’appartenance politique de ses candidats. Il en va peut-être de même du score réalisé par le Front de Gauche par rapport à celui du NPA.  
Cette démarche est aussi celle à laquelle nous aspirons et nous devons la transformer en pari gagnant.

PROPOSITION D’AMENDEMENT AU POINT N°3 « CAMPAGNES ET ACTIONS » DU DOCUMENT PRÉPARATOIRE


Pour autant, lorsqu’est posé ce postulat, sommes-nous allés à l’essentiel ? Avons-nous vraiment érigé les fondations de la maison ?
Les grandes envolées lyriques, auxquelles nous sommes tous coutumiers, sur l’ultra-financiarisation libérale, la défense des services publics, la reconstruction du lien social, la critique de l’économie marchande, la volonté de replacer l’Homme au centre du système, ne suffisent pas à elles seules à établir un véritable projet de société.
Elles y contribuent, elles fixent le cap, elles dressent les grandes lignes, mais elles doivent être étayées de contreforts autrement plus cartésiens.

A ce moment, nous devons nous poser la question du ou des contenus visant à échafauder et surtout à rendre pérenne, crédible, consistant, un programme politique digne de ce nom.
Cela signifie que nous devons travailler à l’élaboration d’un programme économique.
A chaque proposition alternative que nous mettons en avant doit être opposé un chiffrage aussi précis que possible.
Nous réclamons un Smic à 1600€ nets : comment le finançons-nous ?
Nous privilégions la sauvegarde et le développement des services publics : quel budget leurs seront destinés et comment pratiquerons-nous techniquement pour y parvenir ?
Nous revendiquons le paiement à 100% du chômage partiel : sur qui ou quoi prélevons-nous les subsides nécessaires ?
Bref, il est impératif que nous introduisions dans notre réflexion un aspect comptable.

Nous ne pouvons nous contenter de grandes déclarations car elles ne suffiront évidemment pas pour convaincre.
Il va nous falloir être clairs sur les contenus et sur l’articulation économique et financière que nous forgerons. Il existe une véritable interdépendance entre ces deux thèmes.
Il n’y aura de sérieux dans notre projet que ce que nous en ferons techniquement.

Grâce à cet outil, nous pourrons plus aisément convaincre, entamer une démarche d’éducation populaire autour de notre programme alternatif, opposer des arguments fiables à nos contradicteurs, en un mot faciliter la communication indispensable à la vie et la survie de LA FÉDÉRATION.
Pour parvenir à cette étape essentielle, notre organisation aura à s’entourer des compétences requises. Avons-nous en notre sein des spécialistes ès économie et/ou finance ? Devrons-nous faire appel à des techniciens extérieurs ? Ne faut-il pas mettre en place dés à présent une commission dédiée à l’économie ?

Un pas vient d’être franchi en ce sens avec la mise en place d’un projet de budget, le principe d’un appel à cotisations, la création d’une association de financement de LA FÉDÉRATION.
Preuve s’il en est que les choses avancent !
Poursuivons dans cette voie, allons plus loin dans la structuration de notre programme économique et ainsi notre « maison commune » bénéficiera d’une assise de qualité et sera ainsi à même de justifier la place qu’elle prétend occuper dans le paysage politique.


CONSTAT

L’impossibilité pour la fédération de participer à ces élections
Une énorme abstention
La non participation des classes populaires
Une prise en compte de la proposition d’EE
Une progression de la gauche radicale (FG+NPA)
L’effondrement du PS

Il semble indispensable que la fédération doit continuer à travailler sur un projet politique qui sera construit grâce à un contact soutenu avec les classes populaires. Cette orientation pédagogique d’éducation sera destinée à faire admettre que la construction ensemble permet de modifier l’environnement politique. Il s’agira de débuter terre à terre ! Sur le terrain. Ce que certains ne connaissant peut être plus, en particulier au PS.

Ceux qui jusqu’à présent renâclaient sur une prise en compte prioritaire de l’écologie politique dans les programmes ont donc fait une grosse erreur stratégique. Certes, il est fort probable que la poussée de E.E. est due au « recentrage » proposé par DCB, au casting (merci José ! et Eva ...), à la prise en compte de ce que tous les médias expliquent sur le bouleversement climatique et la destruction de la planète. Mais notre propos doit aller bien au-delà car nous ne pouvons nous contenter de la préoccupation environnementale.

Le NPA et le Front de Gauche assoient la proposition d’une gauche radicale et anticapitaliste. Mais pas ensemble !

À cette heure, on ne peut présumer de l’évolution de ces composantes et d’une position uniforme des Verts pour les régionales. On pourrait imaginer des listes Vertes autonomes ... mais pas partout probablement ...

Compte tenu de ses résultats le PS va être très attentif et est déjà d’ailleurs à la manœuvre pour 2010.

 

Alors quelle peut être notre position ?

Comment répondre aux revendications ? Comment traduire concrètement les problèmes exprimés dans les luttes en proposition politique ? Comment passer des luttes aux urnes ? Ca n’a pas fonctionné pour les Européennes car il est probable que nous n’avons pas su expliquer le lien entre les problèmes rencontrés et les solutions apportées par l’Europe ... quand nous, la gauche de transformation écologique et sociale, aurions obtenu une majorité au parlement européen.

Nous aurions pu modifier les règles de fonctionnement et rendre cet outil au service de la démocratie et donc des peuples. Et abroger le traité de Lisbonne, évidemment !

C’est donc ce que nous devons faire maintenant : Expliquer, démontrer, informer, éduquer ! Pourquoi et comment nous pouvons modifier les choses.

 

A ce moment, il semble que nous devons dire avec qui !

Et si nous reprenons notre 1er constat, la Fédération ne doit pas être l’outil qui porte le programme élaboré comme décrit rapidement précédemment ; la Fédération doit être le creuset, la marmite à l’intérieur de laquelle s’élaborera le programme. Pourquoi ? Parce que nous ne règlerons jamais la « double-appartenance chez les autres ». Nous l’admettons, nous, mais nous ne pouvons forcer nos partenaires à le faire.

Et aux élections qui viennent de se passer comment les camarades Alterekolo, Ecosol etc. auraient pu faire pour se présenter sur une liste Fédération contre celle d’EE. C’est la position, certes plus sectaire, qu’a adoptée le PC à l’égard de l’ACU et contre laquelle nous n’avons pu que protester !

Une fois notre programme établi comme indiqué précédemment, il pourra être porté par les mouvements qui voudront, avec les membres de toutes les organisations qui le voudront. On peut imaginer que le Front de Gauche et le NPA, si récents tout les 2 seront intéressés par les textes issus des contacts avec le peuple et aves les citoyens en lutte !

Au passage vous aurez remarqué que cette proposition évite aussi la promotion de l’abstention prônée par certain puisqu’elle aura été construite avec le peuple ! Nous règlerons aussi les éventuels problèmes d’égo puisque la Fédération n’aura plus à désigner de « tete de liste »


Pour GA54,
Philippe Leclercq, le 9-6-09


 

Fonctionnement et cotisation

Le calcul est différent en fonction de ceux qui paient des impôts et ceux qui n’en paient pas

Ceux qui en paient :

Compte tenu que la fédération a mis en place une « association de financement des partis politiques », si je verse 50€ à la fédération, ça coute 16,50 à l’adhérent, soit, pratiquement le meme montant de cotisation que GA54 perçoit aujourd’hui.

La fédé touche 50€ et doit nous reverser une part pour notre fonctionnement. Le reste étant destiné au fonctionnement commun et une « péréquation » entre les régions

En 2008, GA54 a versé 200€ à la CNCU, pour 50 adhérents.
En 2009, un élu adhérent de GA54 a versé 200€ à la fédération alors que le nombre d’adhérent à la date du versement n’était que de 31.
 
Donc pour 2010, nous proposerons à nos adhérents, dés l’assemblée annuelle de janvier, de porter la cotisation à 50€. Cette somme sera désormais versée directement par notre trésorier à la Fédération.

La fédé reversera aux collectifs 75 %. Ce versement se fera en 2 fois, en mars, parés envoi des premières cotisations et en juin après l’habituelle relance. Un ajustement sera effectué en fin d’année en fonction des nouvelles adhésions enregistrées entre juin et fin novembre. (Un nouvel adhérent cotisant en décembre sera réputé adhérent pour l’année qui suivra)
La somme retournée aux collectifs permettra de financer les déplacements aux réunions ainsi que leur fonctionnement ; nous considérons que la pratique consistant à nous réunir dans toutes les régions de France doit se renouveler.
La communication locale (tracts) restera à la charge des collectifs locaux.

Si GA54 reste dans la configuration actuelle, nous verserons 30X50 = 1500€ par an et la fédération conservera 475€. Nous aurons ainsi plus que doubler notre contribution

Pour ceux qui ne paient pas d’impôts : considérant que nous devons être un mouvement populaire, nous proposons de maintenir la cotisation à 15€/an

Concernant les élus, il s’agira, lorsqu’il y en aura sous notre étiquette d’établir un % sur les indemnités mais en tenant compte de l’ensemble des revenus. Il sera nécessaire de faire la distinction entre ceux qui cumulent indemnités et salaires et ceux qui abandonnent leur activité salariée au profit du mandat qu’ils exercent.

CAP à gauche 74 Chablais structurer 13 & 14 juin

Avis CAP à gauche 74 Chablais sur la Fédération                                     

 

  • il faut structurer la Fédération le plus vite possible pour devenir un interlocuteur crédible et incontournable pour les partis politiques

 

  •  il faut préciser clairement que notre objectif n'est pas la constitution d'un nouveau parti, mais la recherche de l'unité des forces alternatives antilibérales, anticapitalistes, écologiques, dans toutes leurs diversités, pour changer le rapport de force à gauche, créer les conditions politiques pour battre la droite et mettre en œuvre une politique de réelle transformation sociale et écologique

 

  • il faut préciser le contenu politique qui nous rassemble dans le sous-titre :

 notre proposition :

 

FEDERATION

Pour une Alternative Unitaire, Sociale et Ecologique 

 

L'absence d'engagement sur ces bases minimum serait la preuve de notre incapacité à construire un mouvement rassembleur dans le respect de nos diversités (sociales et écologiques notamment)

 

  • L'adhésion à la FD doit comporter un engagement de loyauté et de solidarité de la part des groupements adhérents : Pas de négociations séparées avec les autres forces politiques

 

  • notre démarche programmatique doit essentiellement être la recherche et la mise en évidence des convergences entre les propositions des différentes forces politiques que nous ambitionnons de rassembler dans un front commun et non l'élaboration difficile d'un programme de plus, inaudible par les citoyen-nes non engagé-es politiquement qui constituent les forces sur lesquelles nous pouvons nous appuyer

 

Cela n'empêche pas de faire des propositions particulières sur les questions sur lesquelles les propositions existantes sont insuffisantes ou sur lesquelles nous pouvons proposer un rapprochement de points de vue divergents, ces propositions devant être élaborées et acceptées par l'ensemble des composantes de la FD

 

  • des porte-paroles nationaux doivent être désignés par la réunion du 14 juin, ainsi que des porte-paroles régionaux, dans la perspective des élections régionales de 2010

Les conditions pour que leurs expressions publiques soient le reflet de nos réflexions collectives doivent être précisé impérativement pour éviter toute dérive et tout risque de personnalisation excessive de notre mouvement

 

Nous insistons sur la nécessité de clarifier notre démarche et de la rendre visible, sans quoi le risque de voir retomber la dynamique qui reste après les échecs successifs de nos démarches unitaires

 

Une expression publique forte, sans concessions, sur l'analyse de l'échec (prévisible) de la gauche de la gauche aux élections européennes, sur les responsabilités des partis, doit en être la première manifestation

 

Thonon, le 2 juin 2009

Sur texte préparatoire de Cual71 à Tournus

  

A tournus le 23 mai

Pour nous joindre : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.">  

Notre blog : http://iprd.typepad.fr/cual71/

 

Résolution

 

portant sur le texte préparatoire à la réunion de militant-e-s de

La Fédération les 13 et 14 juin 2009 

 

 

Réuni le 23 mai 2009 à Tournus, le Cual71 a pris connaissance du texte préparatoire à la réunion des 13 et 14 juin de militant-e-s de La Fédération.

 

Il a pris collectivement les positions suivantes sur ce texte :

 

Sur la partie I « Le projet de Fédération »

 

Le Cual71 est en désaccord avec les parties 1, 2 et 3 de ce texte, qu'il considère comme trop générales et abstraites, et rédigées dans un style peu accessible aux publics se situant hors des cercles militants.

 

Il propose de revenir au texte politique proposé pour la réunion du 7 février, qui avait notamment l'avantage :

 

l de prendre acte de la nécessité de transitions pour le dépassement du capitalisme

l de proposer une esquisse de programme de transition avec notamment 6 chantiers concrets.

 

Par contre le Cual71 approuve la partie 4 du texte proposé (« nos options pour les élections »). Cependant, il souhaiterait que, plutôt que de faire référence à une liste fermée d'organisations susceptibles d'entrer dans La Fédération, il soit fait simplement référence aux « forces du Non de gauche au TCE ».

 

Sur la partie II « Propositions pour le fonctionnement de La Fédération »

1. Le Cual71 considère que le rythme proposé pour les réunions aussi bien des coordinations nationales que de l'exécutif est irréaliste, même dans les variantes basses. Le projet proposé surestime manifestement les énergies militantes disponibles. La fréquence des coordinations nationales ne peut excéder le trimestre, et celles de l'exécutif le mois. Entre temps, les membres de l'exécutif devront travailler par Internet ou par téléconférences.

 

2. Le Cual71 s'inquiète que le texte ne fasse aucune proposition sur l'articulation des rôles entre, d'une part, la coordination nationale (ensemble d'individus) et les organes dont elle se dotera et, d'autre part, les forces politiques participant à La Fédération. Il considère comme primordial, suite notamment aux difficultés qui se sont révélées lors des négociations sur les élections européennes, que des progrès soient faits concrètement dans ce domaine, faute de quoi c'est l'existence même de La Fédération et son utilité dans l'espace politique qui seraient remises en question. La question de la signature n'apparaît alors que comme un sous-ensemble de ce problème.

 

Cual71 Tournus 

 

Billet pour la Lettre n° 9

Alors que la campagne pour les élections européennes s’achève, quel bilan allons-nous faire ?

Lire la suite...

Contribution collectif de Caen 14


Les contributions sont dans le texte en rouge

 

I // - Le projet de Fédération (texte actualisé)

 

1: Nos réponses à la crise du capitalisme

 

1 - L'enjeu apparaît entre la recherche d'adaptation et de régulation meilleure du système, et une alternative fondée sur une prise de conscience des rapports d'exploitation et de domination

2 - Nous pouvons agir dans une telle phase d'inquiétudes, de mobilisations, de désarrois et de possibles reclassements: propositions alternatives, relations entre les mobilisations et la remise en cause des institutions.

3 - Nous ne pouvons pas ignorer que la crise, par sa profondeur, fait peser la menace d'inégalités accrues, de régressions terribles des droits démocratiques et sociaux, de guerres et de xénophobies.

4 - Inversement, elle met à l'ordre du jour un dépassement des cadres du capitalisme productiviste et ouvre la voie à une appropriation sociale des richesses, à d'autres rapports de production, à d'autres objectifs pour l'activité humaine, à d'autres rapports à la nature.

5 - Nous devons poursuivre le débat, et le porter dans les mouvements sociaux, sur la stratégie à mettre en œuvre face à la crise, sur les conséquences de cette crise sur les mouvements sociaux et les forces de transformation : en particulier nous devons mettre l'accent sur les contradictions entre radicalité et lutte prolongée qui sont au cœur du débat stratégiquesur les moyens à mettre en œuvre pour faire converger des luttes aujourd'hui éclatées, sur les moyens pour inscrire dans une lutte prolongée dans la durée les aspirations radicales.

2: Notre proposition d'une force politique nouvelle

1 - Elle ne vise pas un simple réseau occasionnel ne discutant que de façon sporadique et désordonnée.

2 - Mais il s'agit d'un espace politique où se retrouvent des citoyen-ne-s et des groupes, courants, organisations politiques, porteur de pratiques, de réflexions de traditions différentes et en même temps en accord pour constituer ensemble une dynamique de mobilisation afin de transformer la société, combattre face à l'urgence sociale et écologique pour dépasser et remplacer le système capitaliste.

3 - Cela suppose d'inventer autre chose que les comportements délégataires qui servent en fait à réguler le système, des règles marquant toute la place des militant-e-s et des forces diverses; avec des formes de coopérations entre mouvements sociaux et élaboration d'exigences politiques

4 - Ne nous laissons pas décourager par les expériences depuis 2005. Il est vrai que la recomposition des formes de la politique s'est heurtée à des résistances terribles. Mais ces échecs ne mettent pas fin aux espoirs, aux attentes. Des militant-e-s et des collectifs, des forces politiques ont consolidé leurs options et leurs capacités d'agir.

5 - L'écart est énorme entre la politique telle qu'elle se perpétue et par ailleurs les capacités de lutte et d'inventivité dans les luttes.

6 - De même, la compréhension de la possibilité de mettre ensemble tous les aspects éclatés des résistances aux politiques gouvernementales confirme l'actualité de notre volonté de faire progresser la constitution d'une force politique nouvelle.

7 - Nous réaffirmons que le politique est un enjeu, qu'il est un outil nécessaire des changements progressistes, mais pour cela, la pratique politique doit changer

3: Nos campagnes et actions

1 - A côté de notre implication dans de nombreuses luttes et initiatives, il est proposé de commencer dès à présent à travailler sur la préparation et l'organisation d'une campagne politique porteuse de la démarche de la Fédération, donc articulant des formes d'appropriation citoyenne et l'expression d'exigences concrètes alliant radicalité et implication dans la gestion de la cité. Il serait important pour son impact, et pour la visibilité de la Fédération, d'aller vers l'élaboration d'actions et d'initiatives locales, départementales ou régionales reliées (et non pas soumises) à une démarche nationale.

 

2 - Tout l'enjeu est qu'une telle campagne ne soit pas un copier-coller d'autres initiatives existantes mais qu'elle soit une étape pour traduire dans l'action sur l'actualité politique nos intentions en faveur d'une nouvelle force politique de transformation sociale, fédérant les énergies - forces et citoyens - au-delà des césures entre le social et le politique, prenant simultanément en compte la dimension sociale et la dimension écologique...

3 - En Ile-de-France, il pourrait s'agir d'une campagne sur la solidarité au sein de la région, notamment sur l'avenir des quartiers populaires.

Elle pourrait être lancée publiquement dans la deuxième quinzaine de juin, après les résultats des élections européennes. Au niveau des contenus, elle devrait favoriser l'expression des citoyens - "ce que nous voulons" -, traiter de grandes thématiques concrètes tout en étant porteuse de valeurs fondamentales. Le lien avec le débat institutionnel est évidemment nécessaire. Cette démarche "alternative" et "citoyenne" inclurait la perspective des futures élections régionales tout en la dépassant.

4 - Notre participation aux campagnes contre la précarité et le chômage, celle de l'action climat, pour les services publics, comme les collectifs divers auxquels nous participons sont indispensables car il s'y joue la mobilisation alternative au système capitaliste en crise

5 - Le rôle de la Fédération, ici, tout en posant la question du rapport des forces et de la convergence des luttes nous semble être de faire émerger quelques exigences communes fortes. Des exemples ont été donnés, afin de cristalliser des objectifs qui soient tout à la fois sociaux, écologiques et politiques: socialiser autrement les richesses, par la réduction massive du temps de travail du fait des gains de productivité, par un secteur financier public fort pour soutenir des changement de mode de développement, et par la mise en cause de la propriété des entreprises qui délocalisent ou ferment alors que, vu les aides d'état depuis des années, elles devraient être propriété publique...

4: Nos options pour les élections

1 - Nos options en termes de présence et d'alliance pour les prochaines élections, contre la droite et pour changer le rapport des forces à gauche doivent être affirmées. Discutons donc des conditions pour que les implications dans des échéances électorales contribuent à provoquer une dynamique politique d'un nouveau type : ce qui implique de refuser les règles du jeu classiques des échéances électorales, moment séparé des luttes au quotidien qui n'obéit qu'à sa logique propre (exister sur la scène politique, faire un « score »...).

2 - Nous refusons de faire la force d'appoint aux politiques sociales libérales et à des majorités politiques incarnant ces options. Nous ne souhaitons pas nous contenter d'être le haut parleur, les représentants dans le champ politique des forces du mouvement social qui se contenteraient, elles, d'agir à côté sur un terrain complètement séparé des enjeux politiques : la division du travail rigide (étanche) entre politique et social n'est pas la garantie d'une autonomie des syndicats ou des mouvements mais de la subordination de ceux-ci aux représentants politiques et à l'Etat.

3 - C'est une raison de plus pour proposer que se regroupe un véritable front des forces alternatives (Fédération très large ou collectifs de liaison permanents où la Fédération aurait sa place avec le NPA, le PG, une grande partie des forces du PCF voire ce parti en tant que tel s'il le souhaitait) mais aussi sous des formes définies par eux- mêmes les acteurs les plus nombreux possible des mouvements sociaux et de regroupements dits «citoyens». Ces derniers sont particulièrement actifs dans les champs politiques locaux

4 - Les choix de bataille politique, y compris de tactique électorale, pour les régionales de 2010, devraient être précisées (il serait bon de mettre à la disposition de toutes et tous les expériences menées dans les collectivités locales et qui font sens du point de vue des aspiration à la démocratie et les propositions des un(e)s et des autres sur les compétences, ou pas, des Conseils régionaux) comme illustration de ce que nous voulons regrouper et pour lier luttes en cours et démarche politique citoyenne:

- c'est un moment pour concrétiser par des objectifs les changements possibles dans les régions (transports, logement et économies d'énergie, culture, formation...) tout en l'inscrivant dans le projet à construire

- nous devons être capables de proposer des outils d'interventions des mouvements sociaux et des citoyens dans le fonctionnement institutionnel : expertise citoyenne, commissions de travail élus et représentants des forces sociales...

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité

Vous êtes ici : Accueil Dossiers et vie de La Fédération Acte 2 réunion du 13 et 14 juin 2009 Contributions collectives pour les 13 & 14 juin