Sur la phase transitoire vers une nouvelle organisation (C. Aguiton et J.-J. Boislaroussie)

Ci-dessous deux textes de discussion : une réponse de Jean-Jacques Boislaroussie à une contribution de C. Aguiton sur la phase transitoire vers une nouvelle organisation.

 Contribution de Christophe Aguiton

Pour poursuivre la discussion sur les questions organisationnelles, et dans le même esprit que Samy (ne pas essayer de commencer par la théorie pour finir par la pratique) je vais en rester aux points 2 et 3, quelles règles communes pour notre futur mouvement ? et de quels outils nous doter ?

Si nous reprenons le texte proposé sur la question de l’organisation à construire par le groupe des 6 élargi pour la réunion du 15 juin (bulletin spécial « trait d’union », page 19), et en particulier sa dernière partie « l’impératif démocratique », on trouve déjà beaucoup d’éléments :

-   Un fonctionnement qui entend préfigurer ce que nous défendons pour le système politique dans son ensemble, non cumul des mandats, parité, diversité, garantie du pluralisme des débats, refus de toute pratique autoritaire, etc.

-  Un fonctionnement basé sur le principe d’une personne, une voix, qui s’appuiera sur des collectifs locaux qui auront une forte autonomie et qui privilégiera la recherche du consensus ou des majorités très larges,

-  Une phase de transition sera nécessaire, dans laquelle coexisteront des collectifs locaux, base du mouvement en constitution, et les courants d’origine.

En partant de cela, il me paraitrait utile de bien distinguer ce qui doit être proposé pour décision lors de notre réunion nationale de fin novembre, et ce qui doit faire partie du débat à partir de novembre 2013 pour une réunion de constitution formelle d’un nouveau mouvement courant 2014.

Pour novembre 2013 les décisions à prendre me paraissent être les suivantes :

-   Nom et logo, mais un autre groupe de travail doit y travailler,

-  Le principe de l’adhésion au nouveau mouvement, de mon point de vue une adhésion qui ne peut être qu’individuelle et qui devrait être à la fois une adhésion au mouvement et au collectif local (pas d’adhérents uniquement rattachés à l’échelon national),

-   Une architecture de notre mouvement qui soit celle de la transition, avec – toujours de mon point de vue - au moins deux instances, un collectif responsable devant les collectifs locaux, dont les noms seront connus en novembre et qui devrait respecter la vision qui est la notre (équilibre paris province, parité, etc.) et la réunion des courants d’origine qui devraient avoir un droit de véto sur toute décision du collectif pendant la période de transition,

-    Les outils de communication internes et externes indispensables à notre fonctionnement et à notre développement ; des options devraient être prises rapidement sur ce dossier car il faudrait avoir en novembre un premier outil opérationnel pour permettre, par exemple, un système d’adhésion qui donne aux militants un accès à toutes les informations.

Si nous pouvions échanger sur ces sujets par mail avant les estivales, cela nous permettrait d’y faire des premières propositions et ainsi d’avoir un échange plus large qui nous sera très utile pour la suite…

Amitiés,
Christophe



Réponse de Jean-Jacques Boislaroussie

Pour avoir quelques souvenirs de diverses constructions unitaires et tentatives de recomposition, nous savons qu'au delà de vérifications politiques en cours plusieurs conditions seront incontournables :  bienveillance, construction de rapports de confiance, engagement clair des unEs et des autres dans le processus

Nous savons aussi identifier les deux lieux possibles de "bureaucratisation" (sous des formes évidemment fort différentes) l'appareil de l'organisation et l'expression publique, avec leurs deux figures possibles : les "bureaucrates gris" et les "électrons libres" .
 
 Le risque peut aussi être un engagement en demi teinte : le scepticisme peut conduire a se dire que ce qui a été construit n'est pas merveilleux mais que le nouveau est risqué (cette attitude est présente a des degrés divers au sein de plusieurs courants) par ailleurs dans la G.U. le débat reste ouvert sur la pertinence du projet sur le fond  il le reste aussi, sur des bases très différentes, au sein des Alternatifs...
 
 Je partage une grande partie des suggestions de C.A. sauf sur un point

« Une architecture de notre mouvement qui soit celle de la transition, avec – toujours de mon point de vue - au moins deux instances, un collectif responsable devant les collectifs locaux, dont les noms seront connus en novembre et qui devrait respecter la vision qui est la notre (équilibre paris province, parité, etc.) et la réunion des courants d’origine qui devraient avoir un droit de véto sur toute décision du collectif pendant la période de transition »
 
Je ne crois en effet pas souhaitable que soit institutionnalisée une séparation entre deux lieux politiques en gros l'équipe d'animation d'une part et d'autre part un lieu d'échange entre les courants constitutifs.
 
Je fais plutôt le pari inverse :

  • une structure commune peut être un lieu de dynamique permettant de dépasser les contradictions et construire le projet
  •  d'accord avec le soucis qu'elle doit diverse et représentative du processus dans sa diversité de départ voire qu'elle anticipe  l'avenir par la présence significative de militantEs non encartéEs
  •  pour répondre a la préoccupation de Christophe, la présence dans une structure d'animation qui pourrait s'organiser autour de trois pôles :
    • propositions
    • organisation
    • expression

serait conditionnée à la participation effective au projet de nouvelle organisation et non au simple contrôle de la justesse de la ligne...

Il sera nécessaire que des temps d'échange politique approfondi soient prévus  ce qui peut prendre la forme de réunions avec la participation ès qualité des courants constitutifs (qui seront en tout état de cause représentés dans le groupe d'animation puisque dans la première phase du processus ils représenteront une grande partie des adhérentEs) mais on ne peut limiter leur participation à un droit de veto.

Amicalement


 jjb

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité

Vous êtes ici : Accueil Connaître la FASE Nouvelle force politique Sur la phase transitoire vers une nouvelle organisation (C. Aguiton et J.-J. Boislaroussie)