Appel pour des candidatures unitaires en 2007 et 2008

Le texte de l’appel du 22 novembre 2005

La situation que traverse actuellement la France exige une réponse unie des forces de gauche anti-libérales et altermondialistes, opposées aux politiques de régression, de ségrégation sociale et d’atteintes graves aux libertés publiques. Ce texte appelle à la construction d’une alternative commune, en rupture avec les politiques menées depuis plus de vingt ans, qui permette d’éviter la dispersion des candidatures aux prochaines élections en 2007 et 2008 et la division des forces dans les luttes sociales actuelles.

Le référendum du 29 mai l’a montré : un refus net du libéralisme économique peut produire un mouvement majoritaire à gauche et, dans ces conditions, l’ensemble des citoyens retrouve le goût de la politique. Cette victoire de la volonté de transformation sociale sur le discours de l’impuissance a été rendue possible par la campagne unitaire menée par celles et ceux qui, au sein des mouvements, des partis, des associations citoyennes, bousculent depuis dix ans le consensus néolibéral et appellent à de profondes ruptures. C’est pour contrer cette dynamique que le gouvernement pratique une politique ouverte de réaction sociale et d’atteintes aux libertés publiques. C’est pour n’avoir pas pris en compte ces attentes et avoir cédé au social-libéralisme pour les uns, ou s’y être convertis pour les autres, que les gouvernements de gauche ont échoué.
Le 29 mai a ouvert une possibilité. Elle ne se concrétisera pas si, d’ici 2007, le « chacun pour soi » succède au « tous ensemble ». Face à une droite arrogante, rien ne serait pire que la dispersion des sensibilités qui préfèrent l’alternative franche à l’alternance molle qui domine la scène politique depuis vingt ans. Beaucoup se sont regroupés autour du Non pour dire cette préférence ; mais beaucoup d’autres partagent cette critique d’un projet de société soumis aux seules logiques économiques et financières. L’aspiration à rassembler est très forte et s’exprime dans les collectifs existants, dans les divers rencontres et forums. Pourtant, les risques d’éparpillement existent, notamment à l’occasion des prochaines échéances électorales.
Sans mobilisation populaire, sans dynamique citoyenne, aucune alternative ne s’imposera. Il nous faudra agir ensemble et nous mobiliser dans les luttes, en menant avec force le débat avec toutes celles et ceux qui cherchent les voies d’une transformation sociale profonde. En s’appuyant sur l’expérience des collectifs nés de la campagne référendaire et sur les propositions portées par les mobilisations collectives, il est possible d’organiser une vraie co-élaboration associant syndicalistes, politiques, associatifs, chercheurs, animateurs de lieux et revues culturels, citoyennes et citoyens. Ce travail doit être ouvert à tous, structures organisées et individus. Toutes les formes : forums, rencontres, assises, espaces de luttes, mais aussi manifestations festives et culturelles qui ponctueront ce débat sont bonnes à prendre dès l’instant où elles participent d’une mise en commun.
Appartenant à tous sans être la propriété de personne, ce débat devra être porteur d’une logique alternative globale en rupture avec le capitalisme libéral et l’ensemble des mesures anti-sociales promulguées par la droite. C’est à cette tâche d’élaboration programmatique commune qu’il faut maintenant nous atteler : renforcer les services publics contre la logique de privatisations qui prévaut depuis vingt ans. Mettre en oeuvre des politiques capables de répondre à la mondialisation capitaliste. Légiférer pour interdire les licenciements boursiers, garantir un véritable droit à l’emploi, au salaire, à un revenu pour vivre et à la formation pour toutes et tous, contre les logiques de précarisation et les délocalisations. Pour répondre à la crise écologique, mettre en question nos modes de consommation et de production, profondément inégalitaire, souvent destructeurs de la planète et ne répondant qu’imparfaitement aux besoins sociaux. Affirmer la volonté de protection des biens communs en faisant de l’eau, l’énergie, les transports, les communications, la santé… des services publics. Réquisitionner les logements vides et, pour promouvoir une réelle politique du logement social, mettre en place un service public national du logement. Mettre un terme à la stigmatisation des populations d’origine étrangère, à toutes les discriminations, et promouvoir l’égalité des droits pour toutes et tous. Faire prévaloir une réelle égalité entre les hommes et les femmes. Régulariser massivement les sans papiers. En finir avec le tout-sécuritaire. Mettre la démocratie au cœur du projet et engager, dans ce cadre, un processus de rupture avec les institutions de la Ve République. Faire le choix d’une politique de solidarité et de co-développement avec les peuples du Sud et de l’Est. Faire du désarmement une priorité, s’inscrire en dehors du cadre de l’OTAN et entamer la reconversion des moyens militaires au service de la satisfaction des besoins sociaux. Enclencher un authentique processus constituant d’une autre Europe, au service des peuples et des citoyens.
Seul un tel rassemblement permettra d’imposer une logique alternative globale à gauche, rompant avec le projet régressif de société et les politiques mises en oeuvre par tous les gouvernements depuis plus de vingt ans. Ces choix, et les propositions permettant de les concrétiser, seront ceux d’un gouvernement soucieux de répondre aux attentes populaires, de faire renaître un espoir à gauche. Ils sont incompatibles avec la participation à un gouvernement placé sous la domination d’une orientation et d’une politique sociales-libérales qui ont conduit aux échecs du passé.
Dans cette perspective, nous travaillerons à tout mettre en oeuvre pour éviter la multiplication des candidatures aux prochaines échéances de 2007 et 2008. Nous faisons le pari que, si nous nous engageons ensemble dans cette dynamique, ce qui nous rapproche l’emportera sur ce qui nous sépare dans les luttes d’aujourd’hui et les élections de demain. Rien n’est plus urgent que d’enclencher ce processus. Alors engageons-le dès maintenant.

Étienne Adam (Caen, 14) • Gilles Alfonsi (Saint-Denis, 93) • Louis Aminot (Brest, 29) • Michel Angot (syndicaliste – 94) • Arlette Auduc (Montreuil, 93) • Clémentine Autain (Paris) • Philippe Avondo (Ligue des Droits de l’Homme – Bayeux, 14) • Geneviève Azam (universitaire – Toulouse, 31) • Thérèse Bahezre (militante associative – Hérouville-Saint-Clair, 14) • Guillaume Bassaget (militant Attac – 57) • Abdel Benassem (formateur – 92) • Nicolas Bénies (syndicaliste – Caen, 14) • Hamida Ben Sadia (93) • François Bardier (militant Attac – Lyon, 69) • Bernard Bosc (78) • Paul Bouffartigue (sociologue, université d’Aix-Marseille – 13) • Denise Bourderon (Paris) • Roger Bourderon (Paris) • Georgette Bourgeois (militante association de chômeurs – 14) • Sébastien Bouvier (militant Attac – 57) • Jean Brafman (conseiller régional – Saint-Denis, 93) • Patrick Braouezec (député – Saint-Denis, 93) • Pierre-Claude Brouard (syndicaliste, retraité – Bègles, 33) • Michelle Brouard (syndicaliste, enseignante – Bègles, 33) • Agnès Busson (militante associative Alternative Citoyenne – 14) • Marylène Cahouet (Lyon, 69) • Philippe Canat (Alternative Manche – Cherbourg, 50) • Martine Carpentier (Toulouse, 31) • Hubert Casel (BAGA Brest à gauche, autrement – Brest, 29) • Jean-Michel Clavel (syndicat FSU – Toulouse, 31) • Pierre Cours-Salies (universitaire, sociologue – Montreuil, 93) • Thomas Coutrot (économiste) • Guillaume de Crop (Toulouse, 31) • Stéphane Cuttaïa (animateur socioculturel, PCF Seine-et-Marne – 77) • Richard Dethyre (sociologue – 94) • Yannick Dignac (Toulouse, 31) • Jean Dornier (militant écologiste – Blainville sur Orne, 14) • Micheline Dornier (militante écologiste – Blainville sur Orne, 14) • Raymond Duberne (Châtenay-Malabry, 92) • Jean Dubosclard (Lyon, 69) • Nicole Dubosclard (Lyon, 69) • Marc Dulout (syndicaliste, retraité – Bègles, 33) • Michel Dupont (Rouen, 76) • Jean Pierre Dupuy (metteur en scène, syndicaliste – Caen, 14) • Rosario Elia (syndicaliste – Lyon, 69) • Didier Epstajn (syndicaliste – 75) • Vincent Espagne (Romainville, 93) • Georges Fauvel (Alternative Citoyenne – Caen, 14) • Anne Flambard (syndicaliste, Alternative Citoyenne – 14) • Colette Fourdeux (La Gauche Autrement – Hérouville-Saint-Clair, 14) • Alexandra Frenod • Pierre Garelli (Saint-Denis, 93) • Christophe Gaudier (Saint-Denis, 93) • Frédérik Genevée (94) • Suzanne Geoffre (militante associative – Condé-sur-Seulles, 14) • Michel Gigand (syndicaliste – Caen, 14) • Jocelyne Guedou (syndicaliste – Caen, 14) • Dominique Guénot (retraitée FSU – Lyon, 69) • Michèle Glück (enseignante retraitée – Lyon, 69) • Philippe Hamelin (conseiller municipal de Deauville, Alternative Citoyenne – 14) • Marie-Claude Herboux (militante féministe, Alternative Citoyenne – Caen, 14) • Bruno Hergas (militant associatif – Caen, 14) • Liliane Herpin (retraitée EN – Caen, 14) • Eva Jean (Alternative Manche – Granville, 50) • Pascal Jolais (syndicaliste Saint-Omer, 14) • Josiane Jugier-Schmitt (77) • Alain Lacombemaire (Fosses, 95) • Marc Labit (Alternative Manche – Granville, 50) • François Labroille (conseiller régional, 75) • Sylvie Larue (Rennes, 35) • Daniel Lavenu (militant associatif et syndical – Douvres, 14) • Guy Lavrat (Migennes) • Patrice Leclerc (Gennevilliers, 92) • Hervé Le Crosnier (informaticien, Alternative Citoyenne – Caen, 14) • Lefort Michel (La Gauche Autrement – Hérouville-Saint-Clair, 14) • Anne- Marie Legoubé (Alternative Manche – Granville, 50) • Patrick Lemagoero (syndicaliste – Saint-Contest, 14) • Joël Lesieur (comédien, animateur, syndicaliste – Domfront, 14) • Olivier Liétard (consultant énergies – Saint-Étienne, 42) • Bernard Loche (journaliste, Alternative Citoyenne – 75) • Maryvonne Loiseau (Lorient, 56) • Isabelle Lorand (Vitry-sur-Seine, 94) • Jacques Louise (syndicaliste – Louvigny, 14) • Thérèse Luppi (Militants Citoyens de Nîmes – 30) • André Luppi (Nîmes, 30) • Sonia Maillard (militante associative – Metz, 57) • Jacques Maréchal (responsable de la section PCF – Metz, 57) • Pierre Margueritte (syndicaliste – Blainville-sur-Orne, 14) • Bruno Margueritte (syndicaliste – Caen, 14) • Catherine Marie (citoyenne Blainville-sur-Orne, 14) • Fernanda Marrucchelli (Paris) • Roger Martelli (Paris) • Michel Mastre graphiste (Toulouse, 31) • François Meyroune (Migennes, 89) • Alain Millien (syndicaliste – Coutances, 50) • Jean-Marie Mire (militant Attac, Faucheur Volontaire, 57) • John Mullen (Montreuil, 93) • Véronique Nenny (enseignante – Attac, 57) • Pierre Noël (syndicaliste – Toulouse, 31) • Jacques Perrat (syndicaliste CGT – Lyon, 69) • Claudy Nogent-Pistritto (réalisatrice – Caen, 14) • Bruno Piriou (conseiller général – Corbeil-Essonnes, 91) • Joëlle Paumier (infirmière, syndicaliste, militante associative – Caen, 14) • Sylvie Poullenec (syndicaliste – Fleury-sur-Orne, 14) • Lionel Quérini (militant associatif – Livarot,14) • Liliane Raboin (militante associative – Fleury-sur-Orne, 14) • Joe Raby (Toulouse, 31) • Claude Ramin (militant associatif – Aix-en-Provence, 13) • Francois Raulais (syndicaliste – Caen, 14) • Claude Rayon (syndicaliste – Granville, 14) • Alain Rebours (graphiste – 75) • Fabrice Ripoll (militant altermondialiste – Caen, 14) • Michel Roger (syndicaliste, préparateur en mécanique – Pont-d’Ouilly, 14) • Daniel Rome (Montreuil, 93) • Michel Rousseau (75) • Robert Rousseaux (militant associatif, altermondialiste – Caen, 14) • Claude Rossignol (Toulouse, 31) • Philippe Samson (Toulouse, 31) • Marie Thérèse Savigny (travailleuse sociale – Caen, 14) • Alain Schmitt (77) • Denise Schmitt-Mangenot (Colmar, 68000) • Patrick Silberstein (75) • François Simon (conseiller municipal – Toulouse, 31) • Lars Steinau (75) • Aurélia Svahnström (Toulouse, 31) • Catherine Tricot (Bagnolet, 93) • Patrick Vassallo (conseiller municipal délégué – Saint-Denis, 93) • Gérard Vidal (Genevilliers, 92) • Francine Vigneul (citoyenne Aix-en-Provence, 13) • Claire Villers (conseillère régionale 92) • Véronique Vinet (Toulouse, 31) • Bertrand Vrain (conseiller municipal de Nantes – 44) • François Wolf (Châtenay-Malabry, 92) • Annette Wolf (Châtenay-Malabry, 92) • Pierre Zarka (Saint-Denis, 93) • Malika Zediri (conseillère régionale – Ivry, 94)

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité

Vous êtes ici : Accueil Connaître la FASE Notre projet Textes fondateurs Appel pour des candidatures unitaires en 2007 et 2008