Congrès 2008 des Alternatifs Motions et Résolutions adoptées

Aletrnatifs

Constitution d’une fédération de forces politiques et de militant-e-s de la gauche alternative, Elections européennes : Pour des Listes unitaires de la gauche antilibérale, de transformation sociale et écologique et Nous ne voulons pas de ce système, même moralisé !
Congrès à Lyon des 7, 8 et 9 novembre 2008


Les Alternatifs proposent la constitution d’une fédération de forces politiques et de militant-e-s de la gauche alternative
 
1/ Le moment politique
Depuis plusieurs mois, des appels se sont multipliés et différentes organisations et courants (Les Alternatifs, l’Association des Communistes Unitaires, les collectifs pour une alternative au libéralisme…) ont exprimé l’aspiration à la constitution d’une convergence politique pour la transformation sociale et écologique. Cette aspiration s’est aussi traduite au sein de courants de l’écologie radicale.
 
Cette démarche ne se confond pas avec l’appel Politis qui vise, à organiser l’alternative à gauche en créant un cadre de rencontre entre militants politiques, associatifs, syndicaux, citoyens désireux de s’approprier les enjeux de cette alternative, de dépasser les divisions au sein du camp antilibéral/anticapitaliste.
La fédération que nous proposons ouvre une perspective certes partielle mais indispensable pour concrétiser la convergence de militant-e-s et forces disponibles pour un pas en avant politique et organisationnel. L’initiative des signataires de l’appel de Politis et la constitution de la fédération peuvent se renforcer mutuellement. Pour les composantes de la Fédération,, le cadre de l’appel apporte un ferment pérenne d’ouverture et de pluralisme. Les initiatives de la fédération encouragent les antilibéraux et unitaires des Verts, du PS, de la LCR et du PC qui participent à l’Appel à ne pas se résigner aux politiques de fermeture de leurs partis.
 
 
2/ un pas en avant politique et organisationnel
 
Ce pas en avant est nécessaire pour mettre en commun des forces, des projets qui puissent s’exprimer et peser dans les champs social et politique, une force de résistance, et d’élaboration d’un projet d’alternative sociale et écologique.
 
Une "fédération" de militant-e-s et de forces,
- qui partagent les mêmes valeurs fondamentales de l’émancipation, pour élaborer des points de vue communs sans ignorer leurs différences et divergences,
- qui se rapprochent, sans se perdre, dans l’objectif de se dépasser quand les conditions en seront remplies.
- qui mettent en commun des moyens pour travailler et agir ensemble, sans les entraves d’un accord étroit, rigide dans tous les domaines.
 
3/ des formes de coopération et de construction nouvelles
 
Les Alternatifs proposent que se coordonnent des courants et organisations politiques qui apporteront leurs acquis, leurs identités diverses, se rapprocheront sans, à ce stade, se dissoudre dans le cadre commun. Ils donneront ainsi à voir la diversité des forces en mouvement et en convergence, sans étouffer ni confisquer les engagements individuels et sectoriels parties prenantes du processus. Ce processus se veut dès le départ largement ouvert aux militant-e-s associatifs, syndicaux, écologistes, féministes, altermondialistes, antiracistes…
 
Les Alternatifs proposent que le processus s’engage dans les semaines qui viennent par l’organisation de débats et d’actions communs dans le plus grand nombre de villes, départements, régions, que ces débats soient autant que faire se peut co-organisés par les composantes politiques ou que pour le moins elles y soient représentées. Ces débats devront être également l’affaire des militant-e-s des combats sociaux, écologiques, antiracistes, féministes, altermondialistes qui se retrouveront dans la démarche. Ces débats pourront prendre la forme de réunions de travail sur les thèmes choisis en commun.
 
Une première assemblée pourra être organisée au premier trimestre de l’année 2009 pour poser les bases de la fédération.
 
Les Alternatifs proposent qu’une adhésion d’un faible montant minimum (5, 10 euros ?) concrétise la participation à la fédération .Les financements ainsi recueillis contribuant au fonctionnement de la fédération.
 
Les campagnes et initiatives décidées en commun auront vocation à être financés par la contribution des composantes et des collectifs constitués dans les villes, entreprises, établissements d’enseignement, coordonnés au niveau départemental et si possible régional.
 
Une assemblée semestrielle large, représentative de la réalité des adhésions à la fédération et de la diversité des composantes politiques et des origines militantes permettra la définition des priorités politiques de la fédération comme des champs de mobilisation prioritaires pour une intervention commune et la mise en commun le travail des groupes thématiques.
 
Une instance de coordination élue par l’assemblée devra assurer le suivi des activités. Elle comprendra des représentant-e-s des régions et des composantes politiques. Cette instance a vocation à mettre en oeuvre les décisions politiques de l’assemblée semestrielle et d’assurer un suivi efficace des initiatives politiques et campagnes décidées en commun. Dans chacune des instances et dans chaque lieu de débat, sera assurée au mieux la place des militants non membres d’une des composantes organisées de la fédération.
 
Les Alternatifs proposent que les composantes politiques et militant-e-s de la fédération s’expriment régulièrement dans Rouge et Vert, et relaieront les initiatives et positions de la fédération dans leur presse et leurs divers outils d’information internet.
 
Ils proposent l’organisation d’une université d’automne commune, afin d’approfondir un projet de la fédération.
 
Les Alternatifs ouvriront leur université d’été aux composantes de la fédération.
 
Une assemblée réunie fin 2009 ou début 2010 débattra des suites du processus : confirmation, approfondissement, élargissement, évolution de tout ou partie des composantes vers une organisation commune et nouvelle.
 
Cette dernière hypothèse implique que soient définis d’un commun accord, le projet, la stratégie, les champs d’intervention, les modes d’organisation, les moyens de fonctionnement d’un parti mouvement commun.
 
Elections européennes : Pour des Listes unitaires de la gauche antilibérale, de transformation sociale et écologique.
 
Nous vivons une situation de crise historique du système dominant, sur le plan économique et social comme sur le plan écologique.
 
Cette déstabilisation du système nécessite que les partisans d’une alternative sociale et politique soient à la hauteur de l’enjeu.
 
L’échéance électorale européenne doit être l’occasion de porter dans toute la société un projet alternatif. Pour nous ce projet lie justice sociale, écologie, féminisme et alternatives économiques.
 
Pour les Alternatifs, la campagne électorale doit permettre de défendre la perspective d’un vaste débat démocratique en vue de l’élection d’une Constituante européenne. Celle-ci serait un outil pour la transformation démocratique de l’Union.
 
Le PCF et le LCR/NPA, dans des déclarations récentes, affirment souhaiter une alliance large.
 
La sortie annoncée du PS d’un secteur de gauche peut également contribuer à reconstituer la dynamique de la campagne du NON de gauche au TCE qui avait rassemblé en 2005, courants et organisations politiques de gauche et écologistes, comme des dizaines de milliers de citoyennes et citoyens.
 
Il faut que se retrouvent notamment ensemble ceux et celles qui ont voté en 2007 pour Bové, Besancenot et Buffet, et bien au delà, tous ceux et celles qui veulent un autre monde !
 
Les Alternatifs agiront pour permettre que se réalise l’unité la plus large à l’élection européenne comme dans les luttes.
 
 
Nous ne voulons pas de ce système, même moralisé !
 
Crise après crise, ce sont systématiquement les salarié-e-s, les précaires et l’ensemble des couches populaires qui payent la facture !
 
Aujourd’hui, ceux qui ont organisé le désordre et l’injustice prétendent moraliser le capitalisme tout en multipliant les cadeaux aux banques et aux spéculateurs.
 
Ni Sarkozy, ni l’Union Européenne, ni le patronat n’ont renoncé à ce qu’ils appellent des réformes mais qui ne sont que déconstruction des solidarités, des droits et des acquis sociaux. Les social-démocraties en France et en Europe avaient capitulé devant le capitalisme financiarisé, aujourd’hui elles ne présentent aucune alternative et se contentent de corrections limitées du système.
 
Nous ne sommes pas prêts à payer la crise financière au prix de la régression sociale, de la destruction écologique et de la restriction des libertés.
 
Dans beaucoup d’entreprises, les salarié-e-s luttent le dos au mur contre la précarisation et les licenciements. La mobilisation se développe pour la défense des services publics.
 
Il s’agit aujourd’hui de passer de mobilisations partielles et défensives à un mouvement d’ensemble porteur d’alternatives.
- Réduction du temps de travail et redistribution des richesses,
- Mise hors marché de la santé, du logement, de l’éducation et de la culture,
- Renforcement et démocratisation des services publics,
- Passage à la gestion publique de l’eau, des transports et des biens collectifs,
- Appropriation sociale du système bancaire sous contrôle populaire,
- Soutien aux coopératives, reprise autogestionnaire des entreprises,
- Extension des droits de contrôle des salariés dans les entreprises,
- Politique énergétique basée sur les économies d’énergie, le refus du nucléaire, et le développement des énergies renouvelables,
- Plan global de développement des transports collectifs publics,
- Soutien à l’agriculture paysanne et biologique, aux circuits courts de distributions,
- Droit à la souveraineté alimentaire pour tous les peuples…
 
Ces mesures ne tomberont pas du ciel, elles nécessitent mobilisation sociale, unité, auto-organisation des luttes, convergence des forces de transformation démocratique, sociale et écologique. Les Alternatifs seront parties prenantes de l’ensemble de ces démarches.

 

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité

Vous êtes ici : Accueil Connaître la FASE Notre projet Des forces s'engagent ! Congrès 2008 des Alternatifs Motions et Résolutions adoptées