La Fédération et les Européennes : Résolution adoptée par l'Atelier adoptée samedi 7 février 2009

Pour une alternative sociale et écologique en Europe : des listes unitaires de la gauche de gauche

 

Pour une alternative sociale et écologique en Europe : des listes unitaires de la gauche de gauche

La démarche de la Fédération excède de loin la seule question électorale, même si elle l’intègre. Elle s’inscrit dans la durée, forte de la conviction que l’élaboration d’un projet politique et l’invention d’un nouveau rapport à la politique nécessitent un travail de fond.

Dans le même temps, l’échéance de juin 2009 constitue un enjeu politique majeur.

Après le Non au TCE de 2005, il s’agit de mettre en échec la politique libérale de l’Union européenne et de contester la domination du social-libéralisme sur la gauche.

Il s’agit de développer une démarche de rassemblement des forces politiques et sociales les plus larges et diverses pour favoriser l’appropriation citoyenne des enjeux européens et de crédibiliser une alternative sociale et écologique.

Un texte sur ces enjeux avait été diffusé lors de la conférence de presse de présentation de la Fédération, le 17 décembre 2008.

Il commençait ainsi : « Nous agissons, ensemble, pour faire exister en vue des élections européennes de juin prochain, une unité de toutes les forces qui veulent une autre Europe et combattent ce qu’elle est ». Il appelait à « la constitution de listes de large union des partisans d’une Europe sociale, démocratique et écologique, en rupture avec la domination des marchés financiers et la mondialisation libérale » et évoquait le fait que « Des forces comme le Parti de gauche et le PCF se sont prononcées ; le NPA, visiblement, en discute».

Il soulignait aussi que « Tous les écologistes partageant les mêmes engagements que nous devraient aussi prendre leur place dans cette unité, en particulier celles et ceux qui se sont retrouvés dans la campagne de José Bové ».

Cette ligne stratégique de la Fédération reste entièrement d’actualité : oeuvrer pour la constitution de listes unitaires de toute la gauche de gauche.

Au cours des dernières semaines, des évolutions se sont faits jour :

- le PCF et le Parti de gauche ont lancé ensemble un « Front pour de gauche pour changer d’Europe ». Ils se sont exprimés ainsi le 21 janvier : « Unir, inlassablement, dans le respect de chaque partenaire, pour construire un Front de Gauche pour changer d’Europe tel est l’objectif des deux formations afin que l’ensemble des groupes et forces politiques de gauche susceptibles de participer à ce front puissent y prendre toute leur place ». Dans ce cadre, ils ont décidé de démarches conjointes à l’égard des organisations de gauche concernées ;

- le NPA a poursuivi son débat interne avant son congrès constitutif, qui devrait exprimer l’impossibilité de liste de toute la gauche de gauche tout en lançant un appel à une convergence des forces anticapitalistes ;

- dix organisations de la gauche de gauche se sont exprimées ensemble pour soutenir le mouvement du 29 janvier, ce qui renforce la pression en faveur d’une convergence de toute la gauche de gauche en juin prochain ;

- l’appel Politis (4000 signataires à ce jour) a essaimé en province, avec le développement d’initiatives pour des listes unitaires, et localement, des initiatives locales de la Fédération traitent du même enjeu ;

- des réunions et contacts formels et informels en différentes composantes de la Fédération et entre certaines organisations ou courants participant à la fédération et les partenaires potentiels de listes unitaires ont eu lieu.

Force est de constater que jusqu’à présent, il n’existe aucun cadre unitaire pour co-élaborer la démarche, les contenus et les listes, alors que sont prises des initiatives qui esquissent déjà, ou préfigurent les grands traits d’une campagne

La Fédération reste tendue vers son objectif d’une dynamique qui réunirait toute la gauche de gauche.

Les conditions évidentes d’un tel rassemblement sont le rejet du traité de Lisbonne et l’engagement des députés élus à ne pas siéger dans les groupes de droite ou du PSE au Parlement européen.

La perspective d’une convergence du même type lors des prochaines échéances locales (élections régionales,...), abordée par le NPA, est, elle un enjeu de cohérence et d’indépendance à l’égard du Parti socialiste. Nous sommes prêts y compris pour les prochaines échéances électorales,  à un rassemblement politique durable dans les luttes et dans les urnes, mais nous ne faisons pas de l’accord sur cette perspective une condition préalable à un front électoral aux européennes.

Dans les prochaines semaines :


-  Pour la Fédération, il sera nécessaire de faire le bilan des tentatives de réunir sur des listes unitaires toute la gauche de gauche et, en fonction des avis des collectifs locaux et des composantes, de faire un choix partagé.

La Fédération propose la tenue d'une réunion nationale et de réunions locales avec toutes les forces de la gauche de gauche prêtes à converger à l'occasion du scrutin de juin prochain.

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité

Vous êtes ici : Accueil Connaître la FASE Acte I (février 2009) La Fédération et les Européennes : Résolution adoptée par l'Atelier adoptée samedi 7 février 2009