Campagne STOP ANI

La réforme de l'inspection rejetée par le Parlement

non casse inspection travailComme suite au retrait de l'article 20 du projet de loi par la commission mixte paritaire, ci-dessous, plusieurs réactions syndicales. Sapin avait dit le 8 octobre devant les directeurs : « le char de l’État ne s'arrêtera pas ». Le voilà arrêté, en tout cas pas pour le moment. Victoire fragile toutefois car l'affaire n'est pas terminée au parlement et le ministre veut malgré tout faire passer dans l'immédiat certains décrets : le combat continue !

Lire la suite...

La privatisation rampante de la Sécurité sociale (Brice J) (2)

Cela pourrait être une bonne nouvelle et d'ailleurs on va nous le faire croire mais c'est une décision politique dramatique qui enterre les acquis sociaux de l'après-guerre. Un formidable retour en arrière du temps où l'universalité des droits et l'égalité des citoyens étaient encore un idéal à atteindre. L'assemblée nationale vient de voter la généralisation obligatoire de la complémentaire santé pour tous les salariés. Bravo, très bien, les salariés vont être mieux couvert de leurs dépenses de santé… ??

LIRE LA SUITE...

« Nous sommes les cobayes d'une loi inventée par la gauche » (R. El Azzouzi - Mediapart)

mediapart 305x220La loi sur l'emploi qui découle de l'Ani est entrée en vigueur le 1er juillet. Le lendemain, le groupe Hamelin, 454e fortune de France, a annoncé la fermeture de cinq sites dont trois en France. Reportage dans le Puy-de-Dôme dans l'une des usines condamnées. Un premier cas d'école pour l'administration de Michel Sapin.

LIRE LA SUITE...

Ce que l'ANI devient au parlement... (Fdg 34)

front de gaucheLe gouvernement a fait passer en force l'ANI au Sénat, en utilisant la procédure du vote bloqué qui ne permet pas la discussion du texte article par article. Mais, au fait, qu'est devenu le texte original après son passage à l'Assemblée Nationale ? Voici, par le montpelliérain Richard Abauzit (ancien inspecteur du travail, conseiller du salarié et auteur de l'analyse la plus poussée de l'accord de base), le point sur la transposition de l'ANI en loi après les amendements de l'Assemblée nationale.

LIRE LA SUITE...

PdL sur la « Sécurisation de l’emploi » - Réduction des droits des représentant-es des salarié-es (Solidaires)

solidaires grandL’employeur pourra décider, seul, qu’au lieu d’expertises autonomes de chaque CHSCT, permettant d’adapter les investigations à chaque unité de travail et renforçant la crédibilité de leurs conclusions, une unique expertise sera commandée par une instance centrale de coordination des CHSCT concernés. De plus, l’expert unique devra dans un délai déterminé, sans prorogation possible, rendre un rapport sur l’application du projet dans toute l’entreprise.

LIRE LA SUITE...

PdL sur la "Sécurisation de l’emploi" - Temps partiel (Solidaires)

solidaires grandLe temps partiel ou le maintien des femmes dans la précarité. Ce « nouveau droit pour les salarié-es », une « avancée décisive » selon la ministre aux droits des femmes, s’inscrit au contraire pleinement dans le déséquilibre général du texte.

LIRE LA SUITE...

Interventions des députés du Front de Gauche

Vous pouvez consulter en cliquant sur le lien l'ensemble des interventions des députés du Front de Gauche sur le projet de loi relatif à la sécurisation de l’emploi (ANI)

Le patronat ne doit pas faire la loi ! (Clip Solidaires)


Le patronat ne doit pas faire la loi ! par Solidairesnational 

PdL sur la « Sécurisation de l’emploi » - Mobilités (Solidaires)

solidaires grandL'ambition du projet de loi sur la mobilité est d'insécuriser le/la salarié-e dans la localisation géographique et la définition professionnelle de leur emploi. Le MEDEF veut en finir avec le CDI et ses dernières protections géographiques ou de reclassement. Le/la salarié-e doit être polyvalent, sans identité de métier ou d'unité de travail, et déplaçable dans l'entreprise, dans le groupe ou en externe.

LIRE LA SUITE...

Le Front de gauche appelle à la mobilisation générale contre l'accord MEDEF ! Les députés ne doivent pas voter cette loi ! (2)

 

front de gaucheLe Front de gauche rappelle son opposition à l'accord national interprofessionnel qui est débattu à l'assemblée nationale. Cet accord  marque en fait un recul dans la négociation sociale au profit du MEDEF. Il signifie la casse du code du travail. Il constitue un accélérateur de licenciement et de précarisation notamment pour les femmes qui occupent 85% des emplois à temps partiel.

Lire la suite...

L’Accord interprofessionnel invente le dégraissage en loucedé (E. Beynel - porte parole de Solidaires)

rue89Il est d’usage, dans les milieux patronaux, de critiquer l’épaisseur de Code du travail et d’en appeler à un code de vingt pages, ainsi que cela a pu s’entendre de la bouche de certains de leurs représentants lors de rencontres organisées par l’actuel ministre du Travail, à la recherche d’une caution pour porter un coup décisif à l’inspection du travail.

LIRE LA SUITE...

Des documents de référence

La FASE participe au

front de gauche


Des tracts d'actualité